Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2009

Autant en emporte...

hochet_combatamourfaim.jpg

Drôle de roman que ce Combat de l’amour et de la faim dont le titre un peu abstrait n’aurait pas attiré mon attention sans les recommandations et l’enthousiasme débordant d’Ameleia et de Léthée.

Raconté à la première personne, ce récit s’attache au parcours de Marie, héros dont on ne sait rien si ce n’est que sa tête est mise à prix. Vol ? Meurtre ? Viol ? Certes non, mais son crime n’est pas moins répréhensible en ce début de XXe siècle aux Etats-Unis, dans un Vieux Sud pour le moins traditionaliste. Recherché pour avoir souillé l’honneur d’une femme, Marie s’interroge. D’April, de May ou de June, qui a choisi de le dénoncer ?

Difficile de résumer ce livre aux thématiques variées. Ce qui m’a frappée d’emblée, c’est la remarquable maîtrise dans la construction du récit. Des nombreuses péripéties ressort un texte dépouillé, sobre qui, à défaut d’être tout à fait linéaire, va droit au but. Et que dire de ces protagonistes variés qui marquent à la lecture, charismatiques malgré une intervention en général assez courte au sein du roman ?

wanted.jpg

On ne peut que constater la formidable noirceur de ces personnages, dont on ne s’aperçoit peut-être pas immédiatement tant la poésie des premières scènes détourne l’attention. Enfant, frère et sœur, mère, amant ou maîtresse, employeur, comparse du moment : la trahison est omniprésente, sans doute guidée par un formidable instinct de survie, égoïsme imprévisible qui rattrape fatalement chacun au cours de cette histoire. Marie a d’ailleurs perdu ses illusions depuis longtemps ; abandonné par une mère trop heureuse de s’être mariée pour contrarier son pasteur d’époux, le narrateur a été chassé de leur nouvelle maison pour avoir violé sa demi-sœur. En réalité abusée par son propre frère, cette alliée des débuts s’est aussi détournée de lui.

hochet_vieux sud 02.jpgOutre l’aspect psychologique très bien développé et la narration qui ne s’essouffle pas un instant, le cadre est particulièrement soigné. Dans ce monde dur, impitoyable, il est sans doute plus facile de comprendre les motivations du héros et de son entourage mais plus encore, l’environnement ajoute à l’histoire personnelle une dimension historique et socio-culturelle passionnante. Soyons clairs : le sujet principal de ce roman n’est pas le Vieux Sud. Pourtant, quelques années après la Sécession, cet endroit reste fascinant et, sans alourdir le récit, Stéphanie Hochet a su y glisser d’ habiles allusions au contexte dans lequel Marie évolue. On retrouve une région splendide, sauvage mais dure, peu transformée par la Guerre de Sécession, fondamentalement raciste, sexiste, noyée sous les dogmes religieux et des codes moraux souvent discutables.

Un livre subtil, amis lecteurs, à ne certainement pas bouder !

Le quartier de La Nouvelle-Orléans où j’ai grandi avec ma mère est le sanctuaire de mes plus belles années. C’était il y a longtemps, mais, si je ferme les yeux, les détails de notre existence m’apparaissent avec netteté. Les rais de lumière prennent la forme de gigantesques élytres, apparitions phosphènes, souvenirs des insectes partageant les lieux avec nous. (p15)

Plusieurs critiques sur le site du Prix Orange (mais avant tout, les analyses très pertinentes de Léthée et d’Ameleia citées en début d’article).

Un grand grand merci à Adrien et Laëtitia des éditions Hachette pour cet envoi un peu spécial.

182 p

Stéphanie Hochet, Combat de l’amour et de la faim, 2009

hochet_vieux sud 01.jpg

28/05/2009

Un jour nuageux...

Youpi ya ya ya you pi yé!

Je n’y croyais plus mais la troisième tentative aura été la bonne. Pour créer les nuages suivants (tant qu’à faire j’ai fait deux petites variantes, pour une fois que ça marchait, je n’allais pas me priver du plaisir intense de passer du mauve au bleu et du jaune moutarde au jaune bouton d'or), j’ai bravé deux plantages de système (et donc des documents perdus en partie), des coquilles diverses et variées (saleté de Wordle) et l’installation de Java sur mon nouveau Linux tout beau tout propre. Peu importe, merci à mon conseiller technique attitré pour l’opération Java et à Calepin pour les indications claires et précises qui ont grandement facilité mon parcours du combattant.

 

 

nuage blog en image.png
nuage blog en image3.png

 

 

Petites précisions : j’ai enlevé les mots de deux lettres, les inutiles (« j’ », « sont », « avec », « vraiment » etc, ce qui est peut-être révélateur sur la forme mais pas sur le fond) et fusionné singulier et pluriel. J’ai aussi réuni quelques « expressions » (Jane Austen par exemple et non Jane + Austen).

Pour les mots sélectionnés, j’ai fait une analyse de 200 mots sur les textes des billets publiés entre le mois de février et le 19 mai. J’ai pris en compte les textes mais aussi les liens et les listes.

 

Et quid puto ?

 

Ici je blablate littérature, livres et blogosphère (si si ! je vous assure !), ce qui se retrouve très bien dans ce nuage – la plupart des mots fréquemment utilisés sont directement liés à ce petit détail technique.

 

Mes lectures austeniennes récentes ont fortement influencé mon nuage (aurais-je l’esprit à Pemberley ?) mais j’ai poussé un soupir de soulagement en voyant qu’apparaissaient aussi « dracula », « wilde », « anglo saxonne » (et Colin… bizarre bizarre). Un petit sourire devant le terme « lady ». Attention, ce salon ne fréquente que du beau monde (forcément, si l’hôtesse des lieux souhaite aussi accueillir Mr Darcy…). Cher visiteur du moment, vous êtes cordialement invité à égayer nos soirées de votre illustre présence ; of course !

 

Enfin la blogueuse Lilly est la guest star ultra VIP de mon nuage (APPLAUSE). Ce n’est pas étonnant puisqu’elle a été ma swappeuse récemment et figure parmi les pèlerins les plus fidèles et persévérants de ce modeste temple blogo-livresque.

 

fantome.gif

Voilà. Il est temps de retourner à mes fantômes anglais avec le livre reçu dans le cadre de Masse Critique. Je me régale…

00:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook | |

27/05/2009

"Nous allons remodeler, très légèrement sa structure"

dollinger_journal desespere ecrivain rate.jpgGentille attaque de l'industrie agro-alimentaire, histoire un poil déjantée de célibataires et de félins, Et le Bébé était cuit à point avait fait mon bonheur il y a quelques mois grâce aux bons soins de Mary Dollinger. Je n'en attendais pas moins du Journal désespéré d'un écrivain raté. On y parle littérature, édition, XIXe. Et puis, peut-être parce que Mary (en insistant sur son prénom, les lettres roulant sur la langue...) est une Anglaise qui aime la langue française en maniant parfaitement l'humour British et que je suis une Française qui aime la langue anglaise (et l'Anglais, l'Angleterre, la Tamise, la brume et le mouton sauce mint), je manque d’objectivité. Ce sont des choses qui arrivent. Ah… ! Le charme anglais !

 

Comme on ne mélange pas les meilleurs ingrédients sans avoir une petite chance d'obtenir un résultat honorable et qu'ici, la cuisinière jongle avec habileté avec les herbes et les épices, la sauce a pris une fois de plus. Trêve d'ambiance culinaire, votre chroniqueuse fidèle au poste a goûté lu et approuvé.

 

Il est ici question des mésaventures de l'auteur et de quelques illustres écrivains l’ayant précédée sur le chemin tortueux qui, péniblement, poussivement, serpente entre marécages et forêts hantées jusqu'à l'apothéose, le panthéon livresque, la gloire littéraire – éphémère ou pas, j'ai nommé : la sacro-sainte publication. On retrouve ainsi Balzac (retour à l'envoyeur du manuscrit), Zola (et l'inventaire de supermarché), Proust (publié à compte d'auteur, et alors ?), Maupassant (séduisant), Stendhal (soit le Marquis est « idiot, soit il y a une grosse lacune dans votre récit »), Flaubert (Madame Bovary, ce n'est pas un titre, autant choisir un prénom et comme Jane Austen est passée par là avant, ce sera Clara), Hugo, Sand et Musset.

 

Voilà un texte malicieux, divertissant, qui donne envie de se replonger dans la lecture de quelques grands classiques (ils gagneraient franchement à être écourtés de quelques centaines de pages, n'est-ce pas M. Beyle ?). Un court exercice de style, léger, sans prétention, qui réussit avec simplicité (et beaucoup d'honnêteté) à rendre hommage à l'écriture. Et à un animal dont le martyr est source d'inspiration : l'auteur.

 

Offert par l'éditeur.

 

78 p

 

Mary Dollinger, Journal désespéré d’un écrivain raté, 2007

25/05/2009

Formation de grumeaux : beware !

bd_grumeau cover.jpgTrès en retard dans mes billets hautement captivants, j’ai décidé de replonger en douceur dans la blog’itude absolue en vous parlant d’un objet fascinant, très pratique, peu encombrant, ultra glamour et attachant : le grumeau.

Le grumeau n’est autre que le rejeton d’une illustratrice qui, comblée par sa grossesse zen et sa maternité paradisiaque, a eu l’excellente idée de mettre sa vie et celle de son grumeau en dessin. Cela a donné un blog que je viens de découvrir et, depuis ce joli mois de mai, un livre très pratique qui vous permet de suivre pas à pas les aventures palpitantes du grumeau et de ses parents attentionnés : 1) donnant un aperçu de ce qui les attend aux futures et jeunes mamans ; 2) offrant à toute femme encore non-grumatisée la possibilité de peser en toute objectivité le pour et le contre de l’entrée dans la sphère grumeautique. Avant le grand plongeon, pendant ou après, voilà un livre que je vous recommande sans hésitation, chers vous, que vous soyez de sexe masculin, féminin ou non déterminé, mammifère, cétacé, aviaire ou alien, jeune ou vieux, rat des villes ou rat des champs, ici par le plus grand des hasards, ou pas.

Avec un dessin qui n’est pas sans rappeler Pénélope Jolicoeur, que beaucoup de blogueurs connaissent déjà,bd_petit grumeau 03.png Nathalie Jomard a pondu (!) un petit bijou de drôlerie et de tendresse, qui a fait rire à moult reprises votre fidèle et dévouée (ainsi que Mr Lou et Papa Lou, un public qui n’était pas gagné d’avance). Cet album est beaucoup moins « girlie » que celui de Pénélope Bagieu. Ceux qui auront aimé Pénélope seront très certainement conquis ; quant aux autres, je les invite à découvrir quelques planches du Petit Grumeau illustré qui devrait davantage leur plaire. Pour ma part, j’ai vraiment adoré (j’ai même lu une première fois alors que je tombais de sommeil – soudainement réveillée – et relu en partie quelques jours plus tard). Une vraie bouffée d’air frais, à apprivoiser sans plus attendre !

Une interview (avec quelques dessins supplémentaires).

Offert par l’éditeur – merci à Silvana et à Louise pour leurs bonnes sélections.

Au fait Papa Lou a trouvé un certain air de vérité à plusieurs planches… devrais-je en déduire quelque chose ?

192 p

Nathalie Jomard, Le Petit Grumeau illustré, 2009

Parmi les prochains billets, Combat de l’amour et de la faim de Stéphanie Hochet (le début d’une longue histoire passionnée sur ce blog ?).

22/05/2009

Which Austen heroine am I ?

Saperlipopette ! Je n'en reviens pas ! Evidemment j'en rêvais mais je voulais absolument répondre honnêtement aux questions car ça ne me servait pas à grand-chose de savoir que je préférais être Elizabeth Bennet (ça, je le savais déjà...). Et sans tricher, voilà l'excellente surprise que j'ai obtenue :


Take the Quiz here!

I am Elizabeth Bennet!

La seule réponse orientée était celle de l'adaptation télévisée, où j'ai choisi Elizabeth Bennet, qui est le personnage dont je me sens le plus proche chez Austen, et celui auquel je suis particulièrement attachée (je ne connais pas encore "Persuasion"). En repensant à mes réponses je suis plus qu'étonnée d'être Miss Elizabeth Bennet (à vrai dire je m'attendais à peu près à tout sauf Emma). Chouette, chouette, chouette ! Where's Mr Darcy ?

19/05/2009

It was badly done, Emma

austen_emma book.jpg

Emma Woodhouse me faisait un peu peur (ainsi que Fanny Price) jusqu’à ce que je voie les deux films de 1996 et que je sois prise d’une envie subite de découvrir le classique à l’origine de ces adaptations. La lecture de ce troisième roman austenien a de loin été la plus difficile, malgré tout son intérêt et cette chère Emma qui m’est très sympathique. N’allez pas croire que cette nouvelle rencontre avec Austen m’a déçue. Au contraire, amis lecteurs, j’ai globalement passé un très bon moment, malgré quelques instants de découragement que je reconnais volontiers.

Vivant avec son père dans une très respectable propriété, Emma a selon elle tout ce dont elle pourrait rêver : austen_emma film 01.jpgl’argent, la beauté, de l’esprit, un voisinage agréable et une liberté certaine, sa situation dans la vie lui offrant le luxe de ne pas devoir impérativement se marier. Lorsque son ancienne gouvernante quitte les Woodhouse pour épouser Mr Weston, Emma se prend d’affection pour la jeune Harriet Smith, enfant naturelle dont personne ne connaît les origines. Persuadée de pouvoir contribuer au bonheur de son amie en l’aidant à faire preuve de plus de discernement dans le choix de ses relations, Emma s’emploie à affiner ses goûts, à la pousser à revoir ses aspirations à la hausse et à lui trouver un bon parti. Malgré les recommandations de l’ami de la famille Mr Knightley, son aîné de seize ans, Emma refuse de tenir compte des origines de Harriet et jette son dévolu sur Mr Elton, le pasteur. En parallèle, la vie monotone du village est joyeusement bouleversée par l’arrivée de deux nouveaux personnages : Jane Fairfax, de retour chez sa grand-mère et sa tante Mrs et Miss Bates, ainsi que Frank Churchill, le fils de Mr Weston, élevé dans le Nord par son oncle et sa tante. Ce jeune homme élégant et gai suscite immédiatement l’intérêt du village, d’autant plus qu’il semble poursuivre Emma Woodhouse de ses assiduités.

austen_emma film 02.jpgEmma est une héroïne peu commune, ce qui avait fait croire à Jane Austen qu’elle seule pourrait l’apprécier – pour une fois, elle s’était trompée puisque nous sommes au moins deux. Emma a été gâtée par la vie et son principal défaut est sans doute d’en être trop consciente. Si on ne peut pas vraiment la taxer de prétention, on peut certainement reconnaître que toutes ses qualités et la supériorité de sa condition sociale lui font parfois oublier l’importance de certaines valeurs et de mérites qui lui font défaut. D’où son aversion insurmontable pour Jane Fairfax : cette très belle jeune femme accomplie peut sans doute l’éclipser mais par dessus tout, là où la modestie, la timidité et une situation personnelle délicate poussent Jane à faire preuve de réserve, Emma ne voit que de la froideur et une mise à distance désagréable. Sûre d’elle, elle se permet aussi un trait d’esprit blessant pour la pauvre Miss Bates, inconsciente de sa méchanceté sur le moment. En austen_emma film 03.jpgréalité, Emma est trop égocentrique pour imaginer que ses suppositions sur les actions des uns et des autres ont d’autres explications que celles qu’elle choisit de leur donner. Ce manque de clairvoyance fait d’elle une amie bien maladroite et un très mauvais juge de ses pairs, ce qui est paradoxal pour cette femme intelligente et très observatrice. Contrairement à ce que je croyais a priori, Emma est loin d’être mauvaise. Ses intentions sont bonnes et ses regrets a posteriori toujours sincères. Malgré quelques réactions d’enfant gâté, elle cherche globalement à se rendre utile – sans doute aussi pour s’occuper. C’est une fille aimante et une amie simplement mal avisée. Autant le dire, son personnage me plaît pour sa spontanéité, sa bonne foi et ses erreurs.

But Harriet was less humble, had fewer scruples than formerly. – Her inferiority, whether of mind or situation, seemed little felt. (…) Alas ! was not that her own doing too ? Who had been at pains to give Harriet notions of self-consequence but herself ? (…) – If Harriet, from being humble, were grown vain, it was her doing too. (p 434)

austen_emma film 04.jpgJ’ai d’ailleurs particulièrement aimé l’absence de manichéisme chez la plupart des protagonistes de ce roman austenien, même si j’ai souvent eu du mal à m’intéresser à certains d’entre eux. Jane Fairfax m’a ennuyée jusqu’à la révélation finale du scandale (et pourtant je connaissais l’histoire) ; Frank Churchill m’a agacée lui aussi, car je le trouvais trop transparent ; le désagréable couple que forment le pasteur et Mrs Elton ne me plaisait pas plus, alors que les plus affreux personnages de Pride and Prejudice m’amusent tout particulièrement (ne parlons même pas de Harriet, oie blanche assez insupportable parfois, quand elle ne sert pas à la décoration). Cela dit, je reconnais que Jane Fairfax, Frank Churchill et les Elton contribuent de plus en plus à l’ensemble et que tous me plaisaient vers la fin. Et parmi mes préférés, soyons fous et accordons une mention passable à Mr Woodhouse, charmant malade imaginaire, une mention honorable à Mr Knightley, preux chevalier, et les félicitations du jury à Miss Bates, personnage incroyablement attachant – ce que les deux films ont particulièrement su rendre.

austen_emma film 05.jpgMon seul reproche tient aux longueurs qui alourdissent le récit. Reposant pour beaucoup sur les conversations, Emma ne manque pas de petits rebondissements et permet de dresser un portrait précis des personnages - sans oublier les excellentes réparties dont Austen me régale à chaque lecture. Malgré tout, il m’a semblé que certains dialogues avaient un aspect trop répétitif et n’apportaient rien à l’histoire ni à l’aspect psychologique de la chose. Essentiellement en milieu de récit, ces longueurs ont retardé ma lecture et ont progressivement atténué mon enthousiasme d’origine – car j’ai lu les 200 ou 300 premières pages en frétillant comme un poisson bicolore impatient de replonger dans son lac un beau jour de canicule.

Au final, amis lecteurs, amies austeniennes et participants ou non au challenge austenien, j’éprouve une tendresseausten_emma gravure.jpg particulière pour l’héroïne de ce roman et, malgré quelques petits défauts, je vous recommande de découvrir à votre tour Miss Woodhouse, ne serait-ce qu’en voyant le très bon film de 1996 avec Gwyneth Paltrow.

508 p

Jane Austen, Emma, 1815

 

linnell_surrey.jpg
challenge jane austen.jpg

Austen et moi :

Mon questionnaire austenien

Textes de/sur Jane Austen :

Jane Austen, Northanger Abbey – LU et à relire !

Jane Austen, Pride and Prejudice (1813)

Jane Austen, The Watsons

Dérivés :

Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys (2009)

Adaptations :

Pride and Prejudice (BBC 1995) – VU ET REVU

Pride and Prejudice (2005)

Sense and Sensibility (1995, film de Ang Lee) - VU

Emma (1996) - VU

Emma (ITV 1996) – VU

Northanger Abbey (ITV) – VU

Mansfield Park (ITV) – VU

Films dérivés :

Clueless – VU

Bridget Jones’s Diary (2001) / The Edge of Reason (2004)

Bride & Prejudice (2004)

Lost in Austen (ITV) - VU ET REVU

17/05/2009

La déconfiture de ce vieux requin

sackville west_toute passion abolie.jpgSerait-ce la fée Austen, les jours pluvieux ou l’arrivée sur mon bureau d’une charmante boîte de petits biscuits aux motifs très anglais ? Toujours est-il que ces derniers temps les Anglaises sont à l’honneur chez moi : Jane Austen, Barbara Pym et Vita Sackville-West, grâce à qui j’ai noirci mon petit carnet lectures rarement utilisé, jetant en vrac des idées, notant mes impressions. Si Toute passion abolie m’a inspirée sur le moment, je ne sais pas encore ce que je vais vous raconter là maintenant tout de suite, amis lecteurs, et c’est ce qui rend la blog’attitude exaltante, formidoublement endiabilée… mais trêve de n’importe quoi, qu’est-ce que ce roman ?

 

A la mort de son époux, beaucoup auraient pensé que Lady Slane se soumettrait de bonne grâce aux décisions prises par ses enfants. Sans doute vivrait-elle à tour de rôle avec chacun d’entre eux, comme ils le souhaitaient. Pourtant il n’en est rien, et cette douce vieille dame qui toute sa vie a appuyé son époux (premier ministre, vice-roi aux Indes) décide de profiter de ses dernières années pour se retirer, loin de sa famille envahissante et de ses obligations sociales et caritatives. Accompagnée de Genoux, sa fidèle servante française, Lady Slane s’installe dans une petite maison de Hampstead afin de passer son temps libre à se retrouver et revenir paisiblement sur les 88 années qui sont derrière elle.

 

On pourrait craindre des ingrédients un peu monotones, quelques mamies par-ci, quelques souvenirs par-là, des siestes, le temps qui passe et un roman au final très contemplatif (ce que j’aime aussi à l’occasion mais je m’égare). Que nenni !

 

Ce livre serait pour moi à l’image d’une araignée qui peu à peu tisse sa toile. Par petites touches délicates, lesackville west portrait.jpg narrateur enrichit son tableau en choisissant les couleurs les plus subtiles de sa palette, livrant un ensemble complexe aux allures impressionnistes. Plongeons dans les souvenirs, passé qui rejaillit avec l’arrivée d’un nouveau protagoniste, multiplicité des points de vue, des générations, des préoccupations. Chaque élément permet petit à petit de dresser un portrait assez fidèle de Lady Slane. Et cette héroïne peu commune a continué à me fasciner une fois le livre refermé : elle reste malgré tout toujours évanescente et insaisissable, n’ayant livré au lecteur que quelques bribes de sa vie et de ses sentiments. Sans doute aussi parce que pour elle, les aspirations négligées ont au final plus de poids que les choix réellement faits et le parcours. Cette dualité entre la façade et la vie intérieure, secrète, inconnue de tous rend le personnage passionnant – et, paradoxalement sans doute, très réaliste.

 

Toute passion abolie est un roman séduisant qui regorge de thématiques et permet de réfléchir  à l’essence même de la vie, nos désirs, nos choix et leurs conséquences. Sans oublier les valeurs que l’on défend et des difficultés qui peuvent s'opposer à leur mise en pratique (malgré les valeurs bien réelles qui régissent les convictions intimes, les opinions secrètes, l’orientation du caractère de Lady Slane, elle est obligée de faire d’immenses concessions pour des raisons de bienséance).

 

Quelques passages m’ont particulièrement interpellée :

 

La relation entre Lady Slane et sa servante Genoux est assez curieuse. Genoux s’occupe de Lady Slane depuis son mariage et lui voue une admiration sans borne. Elle est pourtant comparée avec des objets ou le chat. Malgré son dévouement total et leur vie commune, Lady Slane tarde à songer à Genoux en tant que personne (d’ailleurs, ce nom a-t-il une portée symbolique – « à genoux » ?). Lorsque vient le moment de léguer ses bijoux ou de profiter d’une somme inespérée pour engager quelqu’un qui pourrait soulager la vieille Genoux dans son travail, Lady Slane ne semble jamais avoir à l’esprit sa fidèle compagne. On pourrait légitimement supposer que, en raison de sa condition sociale et de son parcours, l’héroïne considère que les domestiques font partie du paysage et n’est pas habituée à s’interroger sur les individus qu’ils sont en réalité. Cependant, ne serait-ce pas plutôt en raison du côté rêveur et introspectif de Lady Slane ?

 

De nombreux dialogues sont extrêmement bien rendus. Ceux de la fille la plus désagréable de Lady Slane, Carrie, parviennent à merveille à façonner un personnage hypocrite, intéressé, qui aime régenter son monde tout en gardant toujours le souci des convenances et du qu'en dira-t-on. Avec beaucoup de justesse, les discours de Carrie montrent qu’elle applique toujours son propre système de valeurs aux autres, s’imaginant que tout le monde est intéressé et compte profiter de sa pauvre mère alors que ce portrait s’appliquerait volontiers à elle.

 

M. Bucktrout ne dit rien. Il n’aimait pas Carrie, se demandant comme une personne si dure et si hypocrite pouvait être la fille d’un être aussi sensible et honnête que sa vieille amie. Jamais il ne lui aurait révélé à quel point la mort de Lady Slane le bouleversait.

« Il y a un monsieur en bas qui vient prendre les mesures du cercueil, si vous voulez », se contenta-t-il d’annoncer.

Carrie le regarda. Elle avait donc eu raison à propos de ce Bucktrout. Un homme sans cœur, manquant de la plus élémentaire décence, incapable de dire un mot sensible sur Mère. Carrie avait été trop généreuse de répéter les compliments du Times sur l’esprit rare de Lady Slane. De toute façon, c’était presque trop aimable pour Mère, qui lui avait joué de tels tours. Elle s’était sentie pleine de noblesse de s’exprimer ainsi, et M. Bucktrout aurait pu ajouter quelque chose en échange. Sans doute avait-il rêvé de soutirer quelque chose à Mère et il avait été déçu. La pensée de la déconfiture de ce vieux requin la consola. Décidément, M. Bucktrout était bien ce genre de personne cherchant à vivre aux crochets d’une vieille dame innocente. Et voilà que pour se venger il faisait venir un acolyte pour le cercueil. (p219)

 

Ce livre qui m’a semblé au début charmant est beaucoup plus profond qu’il n’y parait à première vue et gagne en intensité vers la fin grâce à la pertinence des remarques, des conversations, des observations personnelles. J’ai beaucoup apprécié la finesse dans le développement des personnages – ce qui est un immense atout puisque j’aime tout particulièrement les romans où la psychologie occupe une place importante.

 

Je m’attendais à un livre sur le 5 o’ clock tea et j’ai en réalité découvert un roman intelligent qui invite au questionnement. Vous l’aurez compris, amis lecteurs, j’ai beaucoup apprécié ce livre qui parle d’une femme du monde « connue » de toute la bonne société mais curieusement méconnue de tous, à commencer par sa famille. A savourer…

 

Les avis de Lilly, du Bibliomane et de Lune de Pluie.

 

221 p

 

Vita Sackville-West, Toute passion abolie, 1931

15/05/2009

Des choux et des carottes

pym_adam et casssandra.jpgGrâce à Lilly qui n’aime pas Barbara Pym et m’a gentiment offert son exemplaire d’Adam et Cassandra, j’ai passé un très bon roman au pays des vieilles filles, des pasteurs célibataires ou non, des veuves et des couples mal assortis. Le tout en Angleterre, of course !

Barbara Pym est souvent comparée à Jane Austen, dont elle serait la digne héritière. Cela me hérisse autant que lorsque je lis une comparaison similaire au sujet d’un roman iranien qui parle d’agences immobilières et de cuisine, ou encore lorsque les éditions de Jane Austen mettent en avant des critiques dignes de The Devil wears Prada, histoire de racoler le lecteur innocent (« tellement drôle », « hilarant », « la meilleure comédie jamais écrite », oui, je vous parle bien de Pride and Prejudice !). Pour en revenir à nos joyeux moutons, comparer Barbara Pym et Jane Austen est bien sûr chose possible, tout comme on peut comparer la carottecarotte.JPG au chou-fleur. Ce sont deux légumes, qui peuvent se manger crus ou se déguster à la vapeur, en gratin, en soupe ou que sais-je ? On peut même les combiner dans une même recette, ce qui est beau, avouons-le ! De là à confondre la carotte et le chou-fleur, n’y a-t-il qu’un pas ? Eh bien pour quitter le plan horticole ou légumineux de mon illustration, Barbara Pym et Jane Austen ont elles aussi des points communs : un esprit plus ou moins critique, un ton plus ou moins ironique et moqueur ; une prédilection pour un milieu social qu’elles connaissent bien ; des intrigues de salon (mariage, héritage, bienséance, scandales vite étouffés et tués dans l’œuf) ; et justement, beaucoup de scènes cruciales au sein du foyer, où se nouent beaucoup de petits drames et triomphe la vie en société (avec tous ses commérages). Ajoutons leur nationalité et le fait qu’elles ne se sont jamais mariées, et voilà pour le rapprochement entre ces deux écrivains !

Pym est pour moi comme une petite grand-mère littéraire, dont l’ironie ne va jamais bien loin. Ce serait plutôt une charmante vieille dame au regard malicieux qui aime observer ses congénères et se moquer d’eux sur un ton finalement bienveillant. Les personnages pymiens sont souvent antipathiques car leur créatrice prend un malin plaisir à glisser innocemment quelques commentaires qui ne tardent pas à mettre en valeur les travers de chacun. barbara pym.jpgVanité, prétention, ennui, jalousie, voilà les petites faiblesses qui ponctuent tout le récit d’Adam et Cassandra. Adam est un auteur médiocre qui se prend trop au sérieux ; il est choyé par sa tendre épouse, une femme riche et belle qui aimerait parfois que son mari lui accorde un peu plus d'attention. Arrive un jour M. Tilos, Hongrois charmeur qui s’éprend de Cassandra et forme avec le couple un trio qui ne manque pas de faire jaser le voisinage. Malgré les petits rebondissements et les insinuations de Barbara Pym qui laissent entrevoir un minuscule ouragan dans la communauté bien établie d’Up Callow, le retour à la normale semble incontournable (du moins je n’en attendais pas moins après avoir lu deux autres Barbara Pym). Au final, j’ai passé un délicieux moment à savourer ce petit bonbon acidulé, me délectant des remarques amusantes et prenant plaisir à participer à quelques conversations de salon, sans parler d’un petit détour par la Hongrie. Pour en revenir à Jane Austen, il faut se défaire de cette idée d’un lien réel entre ces deux écritures pour aborder sereinement Barbara Pym. La prose de la première est bien plus fine et complexe lorsqu’on prend le temps de la lire attentivement. Les sujets ne sont pas les mêmes car plus d’un siècle sépare ces deux univers et, quoi qu’on en dise, la société a beaucoup évolué depuis le début du XIXe. Ce qui n’enlève pas à Barbara Pym son charme suranné et ses légers traits d’humour. L’état de ma PAL pymesque montre bien que je l’ai placée dans la catégorie suivante : A consommer sans modération !

Encore merci à toi Lilly pour ce roman qui m’a fait passer d’excellents moments le temps d’un week-end du 1er mai bien gris (parfaite excuse pour bouquiner) !

Sur ce blog, j’ai aussi parlé de : Des Femmes remarquables et de Crampton Hodnet (irrésistiblement drôle).

236 p

Barbara Pym, Adam et Cassandra, 1987 (posthume)

13/05/2009

I only drink wine...

cohen_je m'appelle dracula.JPGAmis blogueurs, chers draculitos et draculettes en devenir, bonsoir !

Parmi les challenges inavoués de cette année 2009 (à part Jane Austen j’ai prévu les grands fantastiques classiques ainsi que Wharton et Wilde), le vampirisme s’est rappelé à moi récemment car je ne me remets toujours pas de ma difficulté à lire plus de quelques pages de Stephenie Meyer qui, à défaut de particulièrement m’enflammer, fait maintenant partie des livres populaires incontournables en la matière. Tout ça pour dire que je ne désespère pas de me faire ma propre opinion un jour mais qu’en attendant, j’ai décidé d’exhumer d’autres titres de ma bibliothèque afin de partager mon intérêt (hautement scientifique, of course !) pour les vampires.

Donc, mes amis, j’ai profité d’un week-end sur la côte atlantique pour farfouiller comme toujours dans ma bibliothèque de petite fille et d’ado, à la recherche de titres à relire ou simplement, à feuilleter. Je suis tombée sur Je m’appelle Dracula d’Olivier Cohen dans la vieille collection Je Bouquine. J’avais complètement oublié l’existence de ce livre que j’avais lu plusieurs fois étant petite et hop ! ni une ni deux, j’ai eu envie de le relire.

Eh bien pour faire court c’est vachement chouette, chers vous tous ! Mais laissez-moi développercohen_je_m_appelle_dracula_lcover2.jpg un peu plus mes propos (et autocensurer mes digressions matinales qui me laissent penser que mon livre de chevet* a une influence pernicieuse et me fait passer trop de temps en compagnie de Miss Bates).

Je m’appelle Dracula est une réponse du comte à la publication de Dracula de Bram « Stocker ». Au passage, cher Monsieur Cohen, je ne sais pas si l’effet était voulu ou non mais Stoker s’écrit normalement sans « c » et, en relisant votre histoire (une de mes favorites lorsque j’étais petite, mais c’est un autre sujet), j’ai commencé à comprendre pourquoi je me suis acharnée sur le nom de ce pauvre Stoker jusqu’à ce qu’un essai sur la condition de la femme dans Dracula me soit rendu avec des corrections à chaque fois qu’apparaissait le nom de l’auteur (thanks by the way, Gregory). Mais plus de détour, promis ! Je vais aller droit au but.

Réfugié dans le Marais à Paris, le comte Dracula écrit son histoire afin de mettre un terme aux accusations portées contre lui dans le livre de « Stocker ». Outré de voir son portrait en couverture, son nom conservé, ses ennemis portés aux nues et toutes ses actions mal interprétées, le comte tient à opposer à ce tissu de mensonges sa propre version des faits. Il revient sur le passage de Harker dans les Carpathes, sa rencontre avec Lucy (Mina est absente en revanche), le bateau fantôme, les caisses de terre, le petite cimetière ou encore Renfield (son vieil oncle devenu fou).

Paris, le 4 novembre 1897. Quatre mois se sont écoulés depuis la parution de cet abominable livre. Quatre mois pendant lesquels j’ai dû me cacher pour fuir la haine d’une populace excitée par le scandale, la curiosité des journalistes et l’acharnement d’une secte bien décidée à me perdre. (p7)

cohen-je mappelle dracula 03.JPGVoilà une lecture très rafraîchissante, bourrée de clins d’œil à Dracula dont j’ai enfin pu profiter (puisque j’ai lu ce roman bien après avoir lu et relu le petit livre d’Olivier Cohen). Pas besoin d’avoir apprécié le livre de Stoker pour s’amuser des inventions d’un comte bien plus proche du dandy que ne l’a jamais été le monstrueux vampire. Les illustrations sont sympathiques, le style alerte et très agréable. Je n’ai d’ailleurs pas observé le décalage que je regrette en général lorsque je lis des romans jeunesse maintenant (par exemple The Graveyard Book, pourtant destiné aux adolescents), ce qui me fait penser que ce court roman peut être lu à n’importe quel âge car il est assez simple pour un public jeune, tout en étant écrit par un narrateur adulte, aux préoccupations et au ton plus proches d’un lectorat plus âgé. Les explications sont relativement crédibles bien que l’auteur laisse finalement planer le doute – dans une fin que j’apprécie particulièrement, car j’aime penser que Dracula reste une créature fantastique.

En somme, un très très bon livre à recommander à tous les amateurs de vampires qui trouveront là un texte divertissant et bien écrit qui s’inspire très bien de l’histoire universellement (mal)connue de Bram Stoker.

 

cohen-je mappelle dracula 02.JPG

75 p

Olivier Cohen, Je m’appelle Dracula, 1993

* Emma de Jane Austen

11/05/2009

Made in Heaven

zola_paradis des chats.jpgVoilà bien longtemps que je n’avais pas lu de Zola. Pourtant, je fais partie de la génération qui a passé son bac de français en 2000, plongée dans les joies et (surtout) les malheurs du naturalisme. Alors que la conseillère d’éducation avait recommandé lors de son court passage en salle de classe de bien nous assommer avec L’Assommoir (si si), notre brillant professeur faisait naître en moi un début de fascination pour les Rougon-Macquart (s’il y a un enseignant qui a marqué mon parcours et dont j’ai attendu les cours avec impatience de septembre à juin, c’est bien lui).

 

Moi qui songeais à reprendre mes lectures cette année avec Nana ou L’Oeuvre, j’ai finalement découvert trois textes extraits des Nouveaux Contes à Ninon.

 

Dans « le Paradis des Chats » (c’est d’être enfermé et battu dans une pièce où il y a de la viande), un chat de salon fait l’expérience de la liberté des chats de gouttière. Vient ensuite « Le Grand Michu », où des pensionnaires décident de se rebeller contre la nourriture infecte qui leur est servie. Le livre s’achève sur « Mon Voisin Jacques », où le voisin du narrateur est trop honteux de son métier pour oser en parler, de crainte d’être traité en paria.

 

Dans ces quelques contes, j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver l’assurance d’un Zola à la plume décidée. Ces textes sont bien sûr beaucoup plus abordables que les romans de l’auteur, étant destinés à un public plus jeune. On retrouve pourtant certains thèmes très présents dans son œuvre (mais Zola ce n’est pas que ça !) : la misère, l’injustice et les différences sociales. L’intégrité républicaine et les valeurs morales défendues par certains protagonistes rappellent aussi l’aspect plus engagé de la personnalité de Zola. J’ai presque trouvé amusant de retrouver dans la chute de ces contes au ton plus léger une portée morale aux accents très zoliens.

 

L’intérêt de cette nouvelle édition est le format agréable (environ 22 cm/15cm, couverture souple, papier glacé). Chaque conte est illustré par Anne Brouillard. Les différentes scènes accompagnent judicieusement le récit et font de ce livre court un petit bijou, peut-être plus pour un public adulte ou adolescent (je me souviens que lorsque j’étais petite, les livres illustrés qui m’attiraient étaient moins artistiques, tandis que les aquarelles ou les dessins précis et trop travaillés de type gravure ne me faisaient pas trop envie, même si je pouvais les trouver jolis… je sais, c’est passionnant, amis lecteurs !).

 

Il ne me reste plus qu’à retrouver la famille de Gervaise…

 

Offert par l'éditeur via Obiwi.

 

61 p

 

Emile Zola, Le Paradis des Chats et autres nouveaux contes à Ninon, (1864 ?)

09/05/2009

Sur la ligne 2

belkhodja_peau des doigts.jpgEntre Montréal et Paris, nous suivons la narratrice, sa grand-mère kabyle (autrefois la plus belle fille du village), sa cousine Celia, anéantie par le décès de sa mère, ainsi que deux jumeaux, Fril et Gan. L'un d'eux, autiste et brillant, est tombé amoureux de Marguerite Yourcenar et veut la rencontrer, ne sachant pas qu'elle est décédée depuis près de vingt ans. Histoires de famille, d'amour, d'amitié, portraits de personnages entiers, les sujets ne manquent pas.

Difficile de ne pas être surpris par le curieux livre de Katia Belkhodja. Plutôt que de roman, on peut peut-être parler de poésie romancée, l'écriture servant de prétexte à la trame, aux allers-retours entre les personnages, les points de vue, les instants. Certains seront déconcertés ; les amateurs de poésie sans doute intrigués, parfois charmés, tandis que les lecteurs attachant beaucoup d'importance à l'aspect narratif risqueront une drôle de déconvenue.

Certains passages chargés de sens marquent à la lecture, véhiculant des images fortes. Tel le curieux début : « J'avais ta chair arrachée entre les dents. » (p9) Cette phrase entêtante est celle qui est venue un jour troubler Katia Belkhodja et, de fil en aiguille, la pousser à rédiger un texte étonnant. Parfois un peu prétentieux, volontairement (mais un peu trop) répétitif, le style est en tout cas original et fait tout l'intérêt de cette lecture déroutante. Le fond n'a plus tant d'importance, ce qui explique peut-être la quête absurde de ce jumeau épris de Yourcenar en raison d'une phrase qu'elle n'a jamais écrite et qui, au moment d'ouvrir enfin une oeuvre de sa Marguerite, décide d'abandonner ses recherches, la réponse qu'il cherchait tant n'ayant plus vraiment de sens. J'ai été tour à tour charmée et agacée par ce patchwork littéraire qui, s'il ne m'a pas totalement séduite, vaut bien le détour. Car, quoi qu'il en soit, c'est un texte hybride et étrange, un ovni poétique qui saura sans aucun doute charmer plus d'un lecteur.

 

Quatrième lecture pour la présélection du Prix des Cinq Continents.

J'ai finalement renoncé à lire le cinquième titre qui m'avait été envoyé mais j'ai globalement trouvé ces lectures intéressantes, ma préférence allant au roman d'Annie Cloutier.

98 p

Katia Belkhodja, La peau des doigts, 2008

07/05/2009

Nous ne mangions qu'un jour sur deux

moreau_boheme.jpgDans La Bohème, roman autobiographique, François Moreau revient sur ses jeunes années passées à jouer les aventuriers d'une époque révolue chantée par Aznavour. Parti en Europe à bord d'un rafiot douteux, le héros vit au petit bonheur la chance à Londres, Bruxelles, Malaga, Tanger et surtout, à Paris. C'est là qu'il commence une carrière de journaliste avant d'enchaîner des petits boulots qui lui permettent de vivre au jour le jour.

Je n'ai pas été convaincue par ce roman qui se lit pourtant avec un certain plaisir, du moins au départ. On y retrouve un imaginaire exploité par de grands auteurs, ce qui ne facilitait pas la tâche de François Moreau qui devait forcément faire preuve d'originalité, risquant sinon d'ennuyer son lecteur. Exercice rendu plus difficile encore par le choix du récit autobiographique, avec ses menaces de sentimentalisme et d'imagination bridée.

Dans ce cas, on obtient à mon avis un roman sympathique mais moyennement original. On peut grossièrement scinder ce livre en deux parties : la première raconte les débuts de la bohème, avec les moments de débrouillardise, de soûlerie, de douce folie et de vie croquée à pleines dents ; la deuxième est marquée par le premier amour de François, avec son lot de torture, de passion, de jalousie et de désespoir. C'est l'image parfaite que je me fais de la bohème et j'ai trouvé le voyage assez agréable, d'autant plus que le style alerte de l'auteur ajoute à la vivacité débordante du héros.

Plusieurs éléments m'ont déplu malgré tout (si l'on oublie le témoignage toujours intéressant à lire mais assez traditionnel sur le fond). On retrouve des élans de virilité qui ne sont pas sans rappeler Hemingway, dont j'avais dévoré Paris est une fête. Si le sujet s'y prête sans doute, la forme m'a dérangée. A l'exception du premier amour, les personnages féminins sont systématiquement dépeints sous un angle peu flatteur. Avec mépris, le narrateur, qui se sait beau gosse, s'imagine que toutes les femmes qui gravitent autour de lui éprouvent un besoin immédiat de satisfaire leur appétit sexuel. Une fois prises, les femmes ne sont que des « emmerdeuses » (p117) dont il faut se débarrasser au plus vite. Le mieux (et là, j'ai bien ri !), ce sont les moments où, aguiché, le narrateur oblige ces dames et cherche à se justifier en disant que, évidemment, il a été piégé, il n'a rien pu faire (c'est là une triste illustration des vertus masculines ou de l'absence de libre-arbitre et, des féministes ou des défenseurs de la cause masculine, je ne sais lesquels devraient le plus s'offenser).

Quelques extraits pour illustrer mes propos – attention, collection Harlequin en vue : « Doucement, je passai une main sous sa tête, que je poussai vers la cause de sa démence » (merci à l'auteur pour ce beau moment de franche hilarité !). En dehors de leur lubricité et de leur vulgarité – et de quelques scènes explicites, les femmes ne suscitent visiblement pas tellement l'intérêt du narrateur : « Elle se leva. Bien en chair, certes, une grosse tête, des yeux bleus légèrement proéminents, aussi grande que moi, chaleureuse, sans complexe. Une brave mère de famille de 35 à 40 ans, sans plus. » Cela dit la brave mère de famille est la seule à se rebeller d'après un François peu honteux de sa tentative de viol. Et pour finir, un extrait qui résumera parfaitement la chose : « Elle avait trente-cinq ans, un petit ami de cinquante, un corps épaissi déjà, strictement rien de sexy. Mais enfin quoi, c'était une femme. Son abandon, dû à la fatigue de la journée, acheva de me mettre en appétit. » (p134) Pour tout vous dire, le narrateur m'est rapidement devenu antipathique, ce qui a ôté toute son importance au récit de ses malheurs amoureux. Car ce qui pouvait lui arriver, moi aussi je m'en moquais bien.

Enfin, j'ai trouvé qu'une fois le charme de l'arrivée en Europe passé, la narration s'essouffle et suit un cycle tout tracé : recherche de petit boulot, petit salaire, tournée des bars, une fille de temps en temps, des soucis d'argent à n'en plus finir. Dans la deuxième partie, le schéma est plutôt un « je t'aime moi non plus », relativement monotone lui aussi.

Un roman à recommander aux nostalgiques ou aux admirateurs inconditionnels de la bohème. Pour ma part, j'ai trouvé pour la première fois ce mode de vie assez absurde. On envie facilement au narrateur son insouciance et ses voyages. Mais malgré son joli minois, son audace et son choix de vivre loin des sentiers battus, il est plutôt à plaindre avec ses fins de mois difficiles, ses arriérés de loyer, ses plats de nouille et ses bouteilles de rouge. Si c'est ça la bohème, je m'en passerais volontiers.

Pour que le mythe ne s'effondre pas totalement, je lirais bien Orwell et Dans la Dèche à Paris et à Londres, dans ma PAL depuis... depuis.


Troisième lecture pour la présélection du Prix des Cinq Continents.

189 p

Francois Moreau, La Bohème, 2009

05/05/2009

Il contint la mer

cloutier_ce qui s'endigue.jpgDeux destins en parallèle font l'objet de ce roman : celui d'Anna et celui d'Angela. Venant de milieux sociaux très différents, toutes deux se rencontrent pour la première fois en maternelle. Anne est blonde, angélique, c'est l'illustration parfaite de la petite fille modèle. Angela est plus ronde, impétueuse, colérique. Un vrai garçon manqué. Elle est aussi remarquablement intelligente. Anna incarne pour Angela un idéal impossible à atteindre, la féminité, la perfection ; ce qui lui vaut des remarques blessantes, des bousculades. Angela lui fait peur.

De leur conception à leur mort, le lecteur suit chaque étape majeure de la vie de ces deux femmes qui se croisent, se perdent de vue et se retrouvent vraiment lorsqu'elles atteignent la soixantaine.

L'époque est assez confuse. Couvrant 90 ans, on suppose qu'elle commence dans les années 1950 ou 1960 (car l'amant d'Anna naît en 1953). L'action se déroule essentiellement en Hollande mais certains personnages la quittent pour mieux se retrouver, en Indonésie et en Normandie.

Ce qui s'endigue est un roman poétique et ambitieux auquel j'ai trouvé beaucoup de qualités, à commencer par l'écriture très annie cloutier.jpgtravaillée, souvent pleine de rythme et d'exactitude. Comme dans cette phrase rapide, heurtée : Il s'agit de cette kalachnikov de mots mortifiants qu'à tout propos elle décharge sur ses consoeurs effarouchées. (p52)

Toute l'attention du narrateur est portée sur les personnages, avec leurs particularités, leurs doutes, leurs souffrances, la perception qu'ils ont de leur environnement, leurs envies, leurs victoires intérieures. Cet aspect psychologique très fouillé fait la force du roman, malgré quelques éléments à mon avis un peu maladroits. L'opposition marquée entre Angela et Anna est notamment renforcée par l'aternance de passages courts consacrés à l'une ou à l'autre. Dans leurs plus jeunes années, lorsque leur parcours est encore semblable, ces extraits s'enchaînent rapidement et permettent d'envisager le caractère de chaque enfant alors qu'il n'a pas encore vraiment été façonné au gré des rencontres et des expériences.

En soupirant, Anna se remet au travail. Son écriture est un sillon creusé à même le papier recyclé. Elle appuie si fort qu'une fois la page remplie, le centre de son travail semble avalé par l'épaisseur du cahier. Elle s'applique. Il arrive qu'elle travaille des heures et des heures et que les épicéas, brassés par des averses venteuses, se penchent jusque tard dans la nuit même. Il arrive aussi que la mélancolie l'étreigne si fort qu'elle en omette de descendre s'alimenter, qu'elle en néglige de se coucher. Ces soirs-là, il arrive qu'elle émerge de son apesanteur en même temps que l'incandescence blafarde des matins de novembre. Alors, d'un geste d'automate plutôt las, elle se remet à résoudre des équations ou à analyser les enjeux historiques de la décolonisation en Indonésie. (p45)

Enfin, Annie Cloutier maîtrise parfaitement certains sujets (dans lesquels elle s'est spécialisée, d'après l'éditeur) : la féminité, la sexualité, la maternité et leur impact sur la construction de l'identité. La maternité comble par exemple les besoins d'Angela pendant plusieurs années, jusqu'à ce qu'elle éprouve l'envie de se réaliser elle-même, d'exister en dehors de son foyer, d'accomplir des choses importantes qui lui donneront l'impression de se retrouver. Cette quête est d'ailleurs aussi celle d'Anna, qui jusqu'à la fin avance d'un pas assez mécanique, ne réalisant que très tard que tel devait être son parcours. Le doute qui ne quitte pas Anna et Angela est très bien perçu par le lecteur et le rapproche des personnages, qui à cet égard sont très crédibles.

Quelques éléments m'ont tout de même un peu gênée.

Des mots et expressions néerlandais ponctuent assez souvent le récit, en particulier au début. Certains sont vraiment propres à la culture hollandaise et me semblent justifiés. Mais pourquoi ne pas écrire en français un terme tel que « siège de bébé » ou « sage-femme » ? Par ailleurs tous les termes sont à rechercher à la fin du livre, ce qui est agaçant et coupe parfois complètement le rythme (p 31 par exemple).

Le temps s'écoule très rapidement, avec beaucoup de fluidité – à tel point que les personnages ont parfois vieilli de dix ans en quelques lignes. Cela donne très justement l'impression d'assister à un flux incontrôlable. Sans doute pour cela, l'évolution des technologies ou des modes de transport n'est pas du tout mise en avant... au point de permettre au frère d'Anna (p52, a priori dans les années 1980 ou 1990, voire peut-être avant) puis au fils d'Angela (p156) d'avoir tous deux un iPod. D'où un peu de confusion avec le défilement des années.

Enfin, avec le recul (car cela n'a pas du tout entravé le plaisir de la lecture), j'ai trouvé certains partis pris de l'auteur un peu caricaturaux : l'évolution de deux femmes qui au final croisent les mêmes figures emblématiques des hautes sphères de la vie publique (possible, mais assez improbable) ; le fait que la brillante Angela soit frustrée par son propre destin au point d'être obsédée par Anna pendant toute sa vie, même lorsqu'elle la perd de vue pendant très longtemps ; le poids peut-être trop important de l'origine sociale, et plus particulièrement l'engagement anticapitaliste et idéaliste d'Angela qui est parfois un peu maladroit. Ce sujet qui pourrait faire l'objet d'un livre plus engagé a tendance à parasiter un peu la question plus personnelle du choix de vie de ces femmes. C'est un thème intéressant mais qui à mon avis dessert un peu ce roman en l'alourdissant, au risque de perdre en crédibilité.

Un beau livre malgré tout, un peu inégal mais bien construit ; un roman aux passages souvent savoureux et très bien écrits. Et puis amis lecteurs, j’aime particulièrement les romans psychologiques et les thèmes traités par Annie Cloutier. Alors personnellement, je compte bien la relire un jour (Annie Cloutier, si jamais vous vous perdez un jour dans la jungle des blogs et atterrissez ici, sachez que j'attends avec impatience votre prochain roman !). Bref. Je résume : c’est vachement bien. Lisez-le.

Deuxième livre pour la présélection du P5C.

 

235 p

Annie Cloutier, Ce qui s’endigue, 2009

scheveningen-nl265.jpg
2008-07_scheveningen_depier.jpg

03/05/2009

Il était une fois, dans un petit village perdu sous la neige...

atalla_escale.jpgA Kingsey Falls (Québec), plusieurs destins se croisent dans une série de très courts chapitres qui façonnent peu à peu l’histoire du village. Chaque chapitre est comme une nouvelle dont le héros momentané est un habitant que l’on retrouvera parfois en découvrant l’histoire d’un de ses voisins.

 

Ce court roman serait presque une série de nouvelles liées les unes aux autres par l’intervention récurrente de certains personnages. L’idée est ingénieuse, d’autant plus que les personnalités qui se dégagent de ce texte sont souvent attachantes, entières, très humaines. On pense aussi à l'univers des contes, le ton n'est pas loin.

 

C’est un livre touchant qu’on prend beaucoup de plaisir à lire, d’autant plus que la plume de Nora Atalla est souvent charmante.  Malheureusement, malgré le concept séduisant, le récit assez simple perd en dynamisme après les premiers chapitres symboliques et pleins de grâce. Après quelques jours, je ne garde que de vagues souvenirs de la trame de l’histoire (en particulier pour les derniers chapitres), même si je suis séduite par les beaux personnages mis en scène avec beaucoup de sensibilité. Comme la petite Emma, qui écrit des cartes de Saint-Valentin à tous les villageois pour conjurer la mort de son frère ou encore Amélie, tirée de la solitude par l’arrivée inopinée d’un nourrisson sur le pas de sa porte. Un livre un peu trop vite oublié peut-être, mais un bien joli voyage !

 

Extrait tiré du premier texte – « Un cadeau dans la Neige » :

 

Des guirlandes de lumières multicolores brillantaient les façades des bâtisses, s’enroulaient autour des sapins, se suspendaient aux soffites des maisons. Nimbés d’une clarté féérique, des bonshommes de neige, des papas Noël, des rennes tirant des traîneaux trônaient sur les porches gelés. L’hiver avait recouvert de son blanc manteau la nature, les rues et les trottoires ; il avait givré les carreaux des fenêtres et s’étaient formés des glaçons le long des gouttières et des toitures. Les arbres ressemblaient à des yétis tibétains, des géants blêmes aux bras défeuillés et aux doigts crochus qui paraissaient vouloir se saisir de la vieille femme… vielle seulement dans son esprit. Elle se demanda si, du même coup, l’hivert n’avait pas givré le cœur des hommes. S’il n’avait pas semé des glaçons dans l’âme de… de sa… A quoi bon y penser ? (p11)

 

Première lecture pour la présélection du Prix des Cinq Continents.

 

115 p

 

Nora Atalla, Une escale à Kingsey Falls, 2008

01/05/2009

Oedipe : pile ou face ?

fuentes_brillante.jpgHier soir, Malice a profité du dernier dîner livres-échanges pour me faire un petit cadeau vraiment très apprécié, une nouvelle de Carlos Fuentes intitulée Brillante. Il s’agit d’une édition non commercialisée disponible au Salon du Livre, une version bilingue au format original (chaque version publiée d’un côté, « à l’envers » l’une par rapport à l’autre). Comme ce texte est court j’en ai profité pour faire finalement une deuxième note pour la lecture du blogoclub.

 

Ce livre est vraiment plus abordable que L’Instinct d’Inez. Je l’ai énormément apprécié, mais pour de toutes autres raisons. Là encore le fantastique occupe une place importante mais, contrairement à l’autre roman où il vient perturber un récit d’apparence normale et déstabilise le lecteur – qui ne sait parfois pas s’il doit voir une métaphore ou un élément inexpliqué à accepter comme tel, le surnaturel est ici au cœur du récit. Il ne peut vraiment déconcerter car il est annoncé dès l’introduction :

 

Primero, creí que el brillo de mi estómago era un don especial de la naturaleza (o de Dios) cuando se manifiesta en el embarazo de una mujer. Me brillaba el vientre del ombligo al pubis. Yo no me sentía alarmada, sino bendita. Recordaba la noche en que mi marido me embarazó y no pudo excluir la posibilidad de un milagro. O por lo menos de una ocurrencia sobrenatural. (“un phénomène surnaturel”)

 

Brillante est un petit garçon qui naît « auréolé » d’une sorte de luminosité et qui, lorsqu’il est malade, vomit de l’or. Pour protéger ce fils étrange (c’est du moins ce qu’elle nous dit), la narratrice l’isole et le coupe du monde, l’élevant seule, sans sortie, sans accès aux medias. L’enfant charmant devient de plus en plus dérangeant en grandissant. La luminosité qui ne gênait pas sa mère est accompagnée de manifestations plus inquiétantes : tout laisse à penser un lien entre le fils et le père, décédé pendant l’acte sexuel.

 

Cette fois-ci c’est le fond qui m’a convaincue, même si j’ai encore trouvé la forme très agréable, en particulier le crescendo de la scène finale qui rappelle les descriptions impétueuses (parfois orageuses) qui m’ont tant plu dans L’Instinct d’Inez. On retrouve ici toutes les qualités qui font pour moi une excellente nouvelle.

 

Chaque remarque a un but précis, que l’on découvre peu à peu lorsque la relation de la mère avec son mari se dévoile. Le point de vue estgoya saturne.jpg celui d’un des principaux protagonistes, ce qui donne une nouvelle dimension à cette histoire totalement fantastique (qui n’est peut-être qu’un rêve, un affreux fantasme, une projection nauséabonde ?). Ce récit est d’une grande richesse sur le plan symbolique et, plus l’on progresse dans cette étonnante atmosphère, plus l’on est à même de faire des rapprochements entre des faits négligemment énoncés au début. C’est peut-être un récit un peu malsain mais à mon sens, les codes moraux qu’il transgresse sont à garder à l’esprit sans pour autant être appliqués au premier degré, tant cette histoire frôle l’impossible et s’appuie sur des références emblématiques de la culture occidentale (tel l’or, évocateur de nombreuses images ou encore le mythe bien connu de Saturne). On se retrouve davantage plongé dans l’imagé que dans la pure description réaliste, malgré le ton de la narratrice. On sent une nouvelle fois la superbe maîtrise de Fuentes, dont la littérature est dense et s’abreuve à de nombreuses sources (ce qui ne rend pas sa lecture facile ou du moins, encourage à la relecture, lorsque de nouvelles connaissances et quelques années auront un peu altéré notre perception). Je recommanderais sans hésiter ce texte à ceux qui voudraient découvrir Carlos Fuentes car il me semble  plutôt accessible – sans pour autant manquer d’intérêt.

 

Encore merci à Malice pour cette lecture vraiment savoureuse !

 

Le billet vers L’Instinct d’Inez du même auteur.

Sur un thème assez proche : Le Ventre de la Fée d’Alice Ferney et le très intéressant Fifth Child de Doris Lessing (ainsi que, d’une certaine façon,  la série de Lars von Trier L’Hôpital et ses Fantômes)

 

 

Au passage la couverture est normalement crème mais je n'ai trouvé qu'une image très sombre. Je me suis donc amusée à inverser les couleurs.

 

33 p

 

Carlos Fuentes, Brillante, 2006