Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2008

Big Fish à la sauce bretonne

nohant_ancre_reves.jpgBeaucoup de blogs ont parlé l’an dernier du livre de Gaëlle Nohant, L’Ancre des Rêves. Gaëlle, connue pour son café littéraire, a été l’an dernier lauréate de la résidence du premier roman, publiant par conséquent son premier livre chez Robert Laffont. Rendue curieuse par le titre et la couverture, j’ai acheté ce roman pratiquement à sa sortie, mais il a fallu attendre cet été pour que je le lise enfin.

L’histoire est celle de quatre frères couvés par une mère qui cherche à tout prix à les écarter de l’océan. Pourtant, chaque nuit, les garçons font de terribles cauchemars : une noyade, des chevaux sanguinaires, un bateau pirate au capitaine effroyable. S’ils essaient de faire bonne figure pendant la journée, Benoît, Lunaire et Guinoux (le quatrième n’est encore qu’un bébé) sont fortement perturbés par leurs nuits mouvementées. Ils entretiennent des relations difficiles, entre sentiments refoulés, jalousies et complexes. Les deux aînés n’aspirent qu’à quitter leur Bretagne natale et leur mère, qui ne comprend pas pourquoi ses enfants ne songent qu’à l’abandonner.

Puis Lunaire va tenter de vaincre son cauchemar ; pour cela, il décide de faire des recherches dans la région afin de savoir si, par hasard, son rêve n’aurait pas un rapport quelconque avec la réalité. C’est alors que, petit à petit, aidé par le vieux Eb et Ardelia, jeune femme en 1912, Lunaire va tisser un pont entre son cauchemar et une tragédie, un naufrage ayant eu lieu bien avant sa naissance.

Happée presque de suite par le récit envoûtant, j’ai moi aussi succombé à l’univers breton de ces histoires de marins, ces tragédies familiales, ces rêves terrifiants reprenant corps chaque nuit. Séduite a priori par le contexte, j’ai beaucoup apprécié les belles descriptions d’une terre balayée par le vent et d’un océan indomptable. J’ai beaucoup aimé le principe sur lequel s’appuie l’histoire, à savoir le va-et-vient constant entre monde des rêves et monde réel. Le déroulement progressif des liens entre les cauchemars des enfants est aussi réussi. L’histoire est complexe, les personnages nombreux, les événements marquants légion. Je suis peut-être restée un peu sur ma faim avec les derniers chapitres, qui n’ont pas apporté de révélation fracassante par rapport à ce que j’avais déjà pressenti. Mais cette petite déception a peu de poids face au plaisir que j’ai pris à la lecture, particulièrement conquise par le cadre marin.

C’est un premier roman très prometteur : à l’histoire originale et bien menée s’ajoutent un style très agréable et de belles images – peut-être parfois un peu trop nombreuses pour ne pas nuire au rythme du récit. Deux références à A.S. Byatt et à Donna Tartt en début de partie vous donneront aussi une petite idée des influences de ce roman ; en ce qui me concerne, je n’en ai été que plus curieuse de découvrir la suite, intriguée par ces deux citations.

Roman contemporain dont les héros évoluent tout au long du XXe siècle, L’Ancre des Rêves ne manque pas de rappeler les vieilles légendes bretonnes par son sujet et son contexte. Sans chercher à tout expliquer, l’enquête ouvre une brèche dans des rêves dont on ne comprend pas toujours le rapport entretenu avec la réalité. Univers fantastique mais aussi aventure d’un autre temps, roman rendant indirectement hommage au dur métier de marin à l’époque de la grande pêche, évocation du temps qui passe et des liens souvent inconnus entre les membres d’une même famille sur plusieurs générations, relations fraternelles et filiales difficiles, questionnements à l’adolescence… les sujets de ce livre ne manquent pas. Orchestrant avec habileté tous ces éléments pour le moins indisciplinés, Gaëlle Nohant réussit là son premier roman, avec un univers à part et un texte doté de bien des qualités.

Extrait :

« D’une infirmité qui les tenait à l’écart des autres, ils avaient fait une réputation de mystère. Dans le cercle de leurs amis, personne ne savait pourquoi les frères Guérindel ne se baignaient pas. L’imagination galopait, les rumeurs couraient, toutes plus folles les unes que les autres, non démenties. Des petites filles romantiques racontaient qu’Enogat avait un passé de sirène, et que si les garçons touchaient la mer ils retrouveraient leurs nageoires et leur peau translucide et disparaîtraient dans les flots, rejoignant le peuple sombre qui s’agitait en bas. D’autres disaient que les parents des garçons avaient passé un marché occulte avec la mer : ils auraient quatre garçons, mais devraient en rendre un qu’elle reviendrait chercher un jour quand il serait venu au monde. Seulement ils aimaient trop leurs fils pour en sacrifier un seul, et n’approchaient plus la mer de peur qu’elle vienne réclamer son dû. Cette histoire-là était la préférée des cours d’école, parce qu’on sentait bien que la Manche ruminait des vengeances, qu’elle attendait son heure. »

379 p

Gaëlle Nohant, L’Ancre des Rêves, 2007

 

Challenge Anti-PAL 2008

Commentaires

Il s'enlisait au fond de ma LAL, je vais donc essayer de lui jeter une bouée

Écrit par : Michel | 10/08/2008

J'avais déjà très envie de lire ce roman... mais si en plus tu me parles de références à AS Byatt et Donna Tartt... du coup, il FAUT que je lise ce roman!

Écrit par : Karine | 10/08/2008

Si je ne choisissais les livres que sur les couvertures, je l'aurais déjà lu, mais ce que tu en dis me tente bien aussi ! Allez, je note !

Écrit par : kathel | 10/08/2008

Avec ton billet, je mets ma main à couper que de nombreux billets liés à ce livre vont inonder la blogosphère. Je confirme. c'est une belle réussite !

Écrit par : La liseuse | 10/08/2008

@ Michel : n'hésite pas à le hisser au plus vite !

@ Karine : ah je savais que citer ces deux écrivains parleraient à d'autres lecteurs :)

@ Kathel : Sublime couverture en effet !

@ La liseuse : espérons en effet qu'une nouvelle petite vague onirique vienne caresser la blogosphère !

Écrit par : Lou | 10/08/2008

J'en garde un excellent souvenir de lecture ! magnifique !

Écrit par : Malice | 10/08/2008

J'ai adoré ce roman. Un excellent souvenir.

Écrit par : fashion | 10/08/2008

J'espère qu'il ne va pas tarder à être publié en poche.

Écrit par : Anne | 11/08/2008

Je vais le voler à ma soeur à mes prochaines vacances histoire de me laisser emporter moi ausi!

Écrit par : chiffonnette | 11/08/2008

est il sorti en poche?

Écrit par : pom' | 12/08/2008

Non pas à ma connaissance. Peut-être faudrait-il poser la question à Gaëlle ? Mais je pense qu'il ne devrait pas tarder. Pour la fin 2008 qui sait !

Écrit par : La liseuse | 12/08/2008

Il m'attend toujours dans ma PAL, pas encore prête !

Écrit par : anjelica | 15/08/2008

@ Malice : je ne savais pas que tu l'avais lu, j'avais oublié :o)

@ Fashion : je me souviens des nombreuses critiques enthousiastes il y a un an !

@ Anne, Pom', La liseuse : je ne sais pas non plus quand l'édition de poche va sortir, je ne l'ai pas vue sur internet (du moins en publications à venir). Par contre Gaëlle parle de l'écriture d'un deuxième roman !

@ Chiffonnette : n'hésite pas, c'est sans aucun doute un très beau voyage !

@ Anjelica : moi aussi je l'ai fait longtemps attendre...

Écrit par : Lou | 17/08/2008

Les commentaires sont fermés.