Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2008

No country for old men

moggach_petites_choses.jpg

Comme un certain nombre d’entre vous, j’ai reçu récemment de la part du Livre de Poche Ces Petites Choses de Deborah Moggach, le tout en échange d’une critique. Merci donc à l’éditeur pour cet envoi. A mon tour de jouer en vous présentant ici ce roman !

Tout commence en Angleterre où, non content de s’épuiser à la tâche dans un hôpital surpeuplé, le docteur indien Ravi doit supporter chez lui la présence de Norman, beau-père passablement répugnant et sexuellement dérangé. Voyant son couple au bord du gouffre et sa tranquillité menacée par ce grossier personnage, Ravi se confie à un cousin de passage à Londres. Cet homme d’affaires débordé (et surexcité) voit dans le malheur de Ravi une véritable aubaine : de là à créer ensemble une maison de retraite pour accueillir en Inde les personnes âgées, il n’y a plus qu’un pas à franchir, ce que font allégrement les deux cousins. Si la mine d’or pressentie repose sur un investissement quelque peu hasardeux, le succès du projet conduit tout un tas de retraités anglais à converger vers Bangalore.

Parmi eux : Dorothy, ancienne journaliste à la BBC au caractère bien trempé (un peu trop peut-être pour son intégration) ; Evelyn, contrainte de quitter sa maison de retraite anglaise, femme agréable et discrète quelque peu abandonnée par ses deux enfants ; les dynamiques Ainslie, soit Jean, l’épouse infatigable et vantarde et « Douggie », mari plus réservé et extrêmement sympathique ; Muriel, vieille cockney raciste et assez excentrique qui court après son fils recherché par la police ; Madge, richissime veuve à la recherche d’un nouvel étalon fortuné ; Graham, tellement effacé que son hypothétique statut de puceau est sujet de bien des interrogations ; et bien d’autres encore, dont Norman, à la recherche de voluptueuses indiennes – plus accommodantes que les Anglaises trop revêches à son goût. A ces histoires il faut encore ajouter celles des enfants tant attendus par les pensionnaires et vivant aux quatre coins du monde.

J’ai passé un très bon moment grâce à ce roman léger, charmant (à qui il manque un petit je-ne-sais-quoi pour être foncièrement drôle). Il serait malhonnête de le classer parmi les grands romans et, me connaissant, j’aurai oublié l’essentiel de l’intrigue sous peu. Les personnages par exemple, s’ils sont attachants, ne prêtent pas à une analyse psychologique fouillée. Mais après tout, pourquoi toujours chercher et l’auteur incontournable et le roman culte quand un livre sait se montrer à la fois divertissant et agréablement écrit ? Bref, pour votre culture, votre épanouissement intellectuel ou autre ambition philosophique du même genre, Moggach n’est pas vraiment ce qu’il vous faut. Mais cet été, en partant à la plage ou à la montagne, à la place de Gavalda, du best-seller ou du polar de circonstance, pensez à Ces Petites Choses, un bon petit roman recommandé en cas de fortes chaleurs ou de sautes d’humeur – malgré le taux de mortalité il est vrai plus élevé parmi ces héros sexagénaires. Amateurs de voyages, amoureux de l’Inde, (anti)capitalistes et lecteurs enclins à la méditation, ce livre est parfaitement indiqué pour vous. Pour les autres, aucune contre-indication, si ce n’est que ce livre reste essentiellement une alternative ludique et sympathique à d’autres loisirs estivaux. En ce qui me concerne, je me suis totalement laissée prendre au jeu, impatiente de connaître le fin mot de l’histoire. Ce qui me donne même envie de découvrir d’autres livres de Moggach à l’occasion.

Les avis de Brize , Lily, Anne, Joëlle et Tamara

Le site de l’auteur

Merci à l'éditeur pour cet envoi.

3coeurs.jpg

 

 

407 p

Deborah Moggach, Ces Petites Choses, 2004

Commentaires

Le titre de ton billet est vraiment bien trouvé :) Et j'ai eu la même impression que toi : une très bonne lecture pour l'été. Mais il me semble que je risque de conserver l'histoire en mémoire plus longtemps que toi (surtout pour le sujet plutôt que pour les personnages !)

Écrit par : Joelle | 12/07/2008

Comme toi, je trouve que c'est une bonne lecture de vacances ;)

Écrit par : praline | 12/07/2008

Un roman idéal pour l'été qui vient de commencer !

Écrit par : Cécile | 12/07/2008

comme ce roman ne m'inspire guère, je n'ai pas répondu à l'opération. En espérant qu'ils ne m'aient pas rayé de leur liste.

Écrit par : La liseuse | 13/07/2008

Je l'ai trouvé gentillet sans plus. Un roman de plage... :)) Et j'adore le titre de ton billet! :))

Écrit par : fashion victim | 13/07/2008

J'ai repéré ce livre chez Yueyin, et je l'avais déjà trouvé drôle. Mais à te lire, il confirme ma première impression. Et comme je suis à la recherche d'ouvrages légers et au ton badin, je note et je surligne pour ne pas oublier ...

Écrit par : Nanne | 14/07/2008

Et bien moi contrairement à toi je n'ai pas aimé du tout !!! je me suis ennuyée et effectivement il y a entre ce livre et celui de Camille de Peretti un rapprochement.
Le défaut de Nous vieillirons ensemble c'est qu'il est politiquement correct et pas de vague alors que Ces petites choses pose le réel problème. C'est comme cela que je ferais la comparaison.

Écrit par : Malice | 15/07/2008

C'est un peu ce quej'ai ressenti à cette lecture! Il va vraiment falloir que je publie ma note de lecture!!

Écrit par : chiffonnette | 15/07/2008

Vous êtes quand même nombreuses à avoir trouvé ce roman plus divertissant qu'ennuyeux...ce qui plutôt bien pour cette opération "commerciale".

Écrit par : Anne | 15/07/2008

Du même auteur j'avais déjà lu Le peintre des Vanités (Tulip Fever), mais je n'en ai pas gardé un souvenir transcendant...

Écrit par : Clarabel | 17/07/2008

@ Joëlle : je pense que le sujet, plus particulièrement la question des retraites et la "solution" de la délocalisation, me marquera quand même, même si je pense que dans six mois j'aurai oublié la moitié des personnages en effet.

@ Praline et Cécile : surtout qu'après à la plage j'ai eu des lectures moins légères !

@ La liseuse : j'avais dit oui en me disant que ce bouquin pouvait être sympa... l'essentiel est de ne pas se forcer et je pense que le Livre de Poche ne te tiendra pas rigueur de ce refus :o)

@ Fashion Victim : je dirais un roman de plage ++, parce qu'il y a aussi des romans de plage très mauvais :p

@ Nanne : c'est parfait pour l'été ou entre deux romans plus consistants (même si le sujet abordé est critique et malheureusement d'actualité) !

@ Malice : pour moi le de Peretti a pris un autre parti, celui de montrer la vieillesse essentiellement du point de vue de la solitude, avec la question de l'abandon des proches. Ce thème existe aussi dans "ces petites choses", mais la question des retraites et son aspect financier sont peut-être plus encore au coeur du problème. J'ai trouvé que dans "Nous vieillirons ensemble", l'ambivalence des sentiments des plus jeunes face à la vieillesse, face à "leurs" vieux, est abordée avec sincérité et une certaine justesse, même si le roman est trop léger pour aborder la solitude avec plus de dureté.

@ Chiffonnette : je vais aller la voir (j'imagine que tu l'as publiée), mais je suis peu chez moi en ce moment... n'empêche, je suis curieuse !

@ Anne : je trouve que, du moins pour les critiques que j'ai lues, tout le monde a joué le jeu avec sincérité... c'est l'essentiel... et je me dis que si le livre avait été trop moyen l'éditeur (celui-ci ou un autre) n'aurait peut-être pas pris le risque de lancer cette opération... enfin, you never know :o)

@ Clarabel : j'en lirai peut-être d'autres à l'occasion cela dit, j'ai trouvé ça sympathique. J'irai voir ta critique de l'autre roman dont tu parles.

Écrit par : Lou | 24/07/2008

je viens de terminer le roman - inutile de dire que j'ai adoré, plus encore que le film que j'avais pourtant beaucoup aimé aussi

Écrit par : niki | 18/01/2014

Les commentaires sont fermés.