Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2008

Notes à venir...

Pour mon anniversaire, mes proches ont pensé à ma PAL qui menaçait de diminuer :) Voilà donc les notes que vous verrez prochainement sur ce blog :
 
c082d7e4f2c84ee72efc8b460115319d.jpg
e799ea4f42986552bc202edbde86ce7f.jpg
d2001aa87f04a7537b6fc001336fac77.jpg
a623c0d7fa2ca59f5efa2f668476a275.jpg
8e20269493fba1db992a49223db031df.jpg
8387326f36d6b934d2d039bf8f7f7c53.jpg
0cbc9c88300e43f24d89313894a525a8.jpg
 

26/01/2008

Un peu de magie

75345493057116e007d1d4c1e3b354e8.jpg12h15. Un peu tard pour se réveiller mais voyez là un signe de bonne augure : votre fidèle chroniqueuse est d’excellente humeur après avoir fêté ses 25 ans entre amis, et fraîche et dispose après une bonne nuit de sommeil. Malgré un mois de janvier exceptionnellement calme pour moi côté lecture, cette journée qui a si bien commencé sera l’occasion de vous parler d’un roman découvert pendant les vacances de Noël, La Sève et le Givre de Lea Silhol.

Ce livre m’a été offert par ma cousine adorée, bibliothécaire de son état et amatrice de littérature fantastique. Avec une sélection de son choix, la miss espérait me faire découvrir un genre que je connais très mal. Et voilà une première tentative très réussie (mais pouvait-il en être autrement en étant si bien guidée ?) ! Mais de quoi s’agit-il ?

Entre Finstern, Prince des Ténèbres, et Angharad, fille d’une Dryade et de l’Hiver, va naître une passion dévastatrice qui emportera bientôt tout avec elle. Car Angharad est le défi imposé à Finstern par les Parques : par trois fois il devra se renier et renier les siens pour cet amour. A commencer par son propre fils, amant d’Angharad au moment de leur rencontre.

Mais l’histoire est d’abord celle d’Angharad, arrachée à ses parents et abandonnée dans la forêt par une femme rêvant de vengeance. Pour l’aider à retrouver les siens, la Reine des Neiges lui plante trois échardes de glace dans la poitrine : lorsque les trois échardes auront disparu, Angharad trouvera enfin le chemin qui la ramènera chez elle.

Recueillie par des humains, l’enfant est bientôt adoptée par Shimrod, puis deviendra plus tard son amante. Mais, malgré tout l’amour qui les unit, Shimrod sait quel destin attend son père et reconnaît en Angharad la femme qu’il doit un jour rencontrer. Dès lors, le parcours de la jeune fille sera fait d’embûches, entre son amour passionné pour le père et sa loyauté envers le fils, entre sa volonté et le poids du destin.

Dans un roman intense et captivant, Lea Silhol réussit à allier une intrigue complexe à la description minutieuse de lieux imaginaires envoûtants, dans une symphonie de couleurs qui n’a pas manqué de toucher mon petit esprit plus habitué à des paysages plus classiques. Du monde clair et immaculé de l’Hiver au royaume des Ténèbres à la beauté sanglante,  Angharad entreprend un voyage féerique pour le plus grand bonheur du lecteur. Enfin, à l’histoire dense qui fait appel à la mythologie et aux légendes celtes, il faut ajouter la prose agréable de Lea Silhol, qui fait de chaque scène un tableau voluptueux.

Une belle invitation à la lecture fantastique. A moi de poursuivre maintenant cette quête !

Une très intéressante critique : celle de Chaperon rouge. Et depuis ma note, celle de Kalistina.

332 p

Lea Silhol, La Sève et le Givre, 2003

17:45 Publié dans Fantastique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |

20/01/2008

Noir c'est noir...

6eb5568feda35bc0c58ab3013c5cbb48.jpgChers z’amis lecteurs, chers tous,

Il faut croire que le froid mordant (?) de janvier a quelque peu engourdi mes neurones, car voilà, aujourd’hui 20 janvier, votre fidèle chroniqueuse a une sacrée panne d’inspiration. Peut-être est-ce sinon une flémingite aigue, toujours est-il que ma note sur le premier tome de la trilogie de Stieg Larsson a bien mal commencé ! Mais avouez que vous ne me facilitez pas beaucoup la tâche : vous avez déjà presque tous lu (et chroniqué) ce roman… je proteste ! Nah. Non mais franchement, que vais-je bien pouvoir dire de nouveau ?!

D’un autre côté, sans vos critiques enthousiastes, je n’aurais sans doute pas encore découvert l’univers de Stieg Larsson… bon. Mouais. Vous êtes pardonnés (enfin, presque, petits sacripants !).

Je vais donc tant bien que mal parler de Millenium à mon tour en croisant les doigts très fort pour que ma note soit aussi lue par l’une des rares personnes à n’avoir pas encore succombé au charme de Michael Blomkvist. Inspirée par les bruits sympathiques en provenance de l’appartement voisin (est-ce un rameur ou un aspirateur ayant une dent contre les meubles ?), je vais donc m’atteler à cette tâche avec application.

Vous avez sans doute déjà entendu mille fois la petite histoire qui est en passe de se transformer en légende : journaliste au parcours semblable à celui du héros Michael Blomkvist, Larsson est brutalement décédé après avoir remis à son éditeur les copies de la trilogie Millenium et n’a donc jamais été témoin de son succès phénoménal.

Il faut dire que Larsson n’hésite pas à mettre les petits plats dans les grands. Prenez Michael par exemple : comme je l’ai dit, il est journaliste dans la presse économique, tout comme son papa. Bizarrement, Michael est : brillant, beau, grand, fort, courageux. Il vit des aventures trépidantes et fait succomber les femmes. Avec tout ça, Michael pourrait être un séducteur infâme et prétentieux. Que nenni ! Vous pouvez ajouter à l’interminable liste de ses qualités un côté naturel et sympa. Tant et si bien qu’il arrive de suite à déstabiliser le 2e personnage clef du roman, Lisbeth Salander. Et pourtant, pour tout autre que lui ce serait hautement improbable : Lisbeth a des qualités sociales sans doute assez proches de celles d’une mante religieuse ou d’un lion (apparemment l’animal peut faire preuve de cannibalisme – « uniquement » à l’égard de ses enfants). Squelettique, bardée de tatouages et de piercings, Lisbeth est une enquêteuse hors du commun semblant tout droit sortie d’un groupe de death metal. Honnêtement, on sait bien que Michael et Lisbeth « frôlent » la caricature. Et pourtant, on leur pardonne volontiers leur petit côté surfait. Il n’y a vraiment pas à dire : tous deux sont diablement attachants !

Et maintenant l’intrigue : après 40 pages un peu longuettes sur le milieu financier et ses scandales, nous voilà sur les traces de Harriet Vanger, mystérieusement disparue dans les années 60. En cherchant son assassin, Michael et Lisbeth découvrent une série de meurtres particulièrement atroces qui semblent être liés à l’affaire. Harriet fait-elle partie des victimes du serial killer ? L’aurait-elle démasqué ? Je n’en dirai pas plus, ce serait vous priver de tout le plaisir que l’on a à lire cette histoire forte en rebondissements !

Au final, les histoires qui s’emboîtent sont une petite réussite, même si la solution à la disparition de Harriet me semblait assez évidente. Bizarrement, l’idée qui m’était venue au début n’était jamais vraiment prise au sérieux par les enquêteurs et j’ai été un peu déçue en voyant que je ne m’étais pas trompée (autant vous dire que je ne suis en général pas particulièrement douée pour résoudre les enquêtes de mes policiers préférés). Mais ouf ! Je n’avais pas deviné le pourquoi du comment (même si au fur et à mesure certaines conclusions s’imposaient avant que Michael et Lisbeth ne se réveillent). Tout ça pour dire que d’autres auteurs sont peut-être plus aptes à inventer des intrigues difficiles à démêler. Cela dit, j’ai aimé avoir toutes les cartes en main pour pouvoir suivre l’enquête à mon rythme (je déteste les solutions qui tombent comme un cheveu sur la soupe avec la révélation au dernier moment d’un nouvel élément seulement connu de l’enquêteur).

J’ai aimé, j’ai adoré, j’ai dévoré… Larsson m’a même tenue en éveil pendant mes trajets de RER le matin (une prouesse à souligner !). Malgré quelques petites imperfections : j’en redemande !

Et pour ceux qui l’ont lu : êtes-vous par hasard comme moi un peu plus agacés par Erika maintenant que Lisbeth…… ? Les dernières pages m’ont fait enrager (comment cela va-t-il finir ?) ! Le 2e tome est donc à lire de toute urgence !

Ils en parlent aussi : Pascal, Florinette, Gachucha... n'hésitez pas à ajouter en commentaire d'autres liens.

574 p

Stieg Larsson, Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes, 2006

06/01/2008

Au pays des grands conteurs

d8444617d96953991d2e44a86713bd4b.jpgParticulièrement motivée hier, j’ai décidé de préparer une 2e note de lecture pour aujourd'hui. Allez hop, dans la foulée, voilà quelques impressions suite à ma rencontre avec Selma Lagerlöf et son Livre de Noël. Encore merci à Lamia qui me l’a fait découvrir lors du swap Scandinavie !

Il s’agit d’une suite de récits plus ou moins longs aux thématiques variées : une petite fille parlant du plaisir qu’elle éprouve chaque année à lire pendant la nuit de Noël le roman qu’on vient de lui offrir ; l’histoire de la Création ou comment le rouge-gorge trouva sa couleur ; l’épouvantable nuit où se retrouvent les animaux dans la montagne afin d’être peut-être désignés parmi ceux qui périront l’année suivante ; l’histoire d’un vendeur de pièges à rat malhonnête touché par la bonté d’une jeune femme ; un fossoyeur vexé de n’avoir personne à sa table pour Noël qui discute avec un crâne retrouvé en passant par le cimetière.

De la douceur du foyer à la noirceur d’un monde où règnent misère et solitude, d’histoires de la vie courante au mythe et au fantastique, Selma Lagerlöf fait revivre Noël de mille façons, dans un recueil pouvant plaire aux petits et aux grands. Laissez à votre tour entrer chez vous la tradition et la magie des Noëls nordiques avec ce court recueil fait de douce mélancolie et de savoureuse noirceur. Une invitation au rêve et une bien jolie façon de (re)découvrir la plume enchantée de Selma Lagerlöf. A prévoir sous le sapin l’an prochain !

107 p

Selma Lagerlöf, Le Livre de Noël, récits écrits entre 1900 et 1933 (à confirmer)

05/01/2008

Une détective hors pair

perry_detective de noel.jpgJ’avais récemment  promis de récidiver et de vous parler bientôt du dernier Anne Perry, après avoir écrit une note qui aurait pu faire pâlir notre chère Choupynette, meneuse de file du groupe de Défense de Thomas et Charlotte Pitt… c’était sans compter sur la clémence de la demoiselle qui a su pardonner mes moqueries de mauvaise langue.

J’avais donc prévu de lire La Détective de Noël dans le TGV Paris-Tarbes du 23 décembre et, sans une rage de dents fort incommodante, les 6h30 de trajet m’auraient très certainement permis d’arriver à mes fins. Quoi qu’il en soit, ce roman est une lecture rapide et plutôt sympathique pour un petit après-midi de Décembre passé au coin du feu (bien évidemment une tasse de Thé de Noël à portée de main, élémentaire mon cher Thomas !).

D’après ce que j’ai pu comprendre, les romans de Noël d’Anne Perry mettent en scène des personnages importants mais souvent un peu en retrait des séries habituelles. C’est le cas cette fois-ci où (je n’en croyais pas mes yeux !) notre fameux détective du dimanche n’était autre que Mariah, la grand-mère acariâtre de la famille Ellison.

Imaginez l’horreur de la situation : Mariah vit depuis le remariage de sa belle-fille chez Emily, sa petite-fille fraîchement remariée (l’heureux élu étant Jack si je me souviens bien). Noël arrive et Mariah est priée de passer les fêtes chez son ancienne belle-fille Caroline, remariée à un acteur bien plus jeune qu’elle. Outrée de se voir congédiée de la sorte,  Mariah arrive de bien méchante humeur sur son nouveau lieu de vacances. Furieuse d’avoir passé la journée à voyager, dégoûtée par les marais et l’air marin qui l’accueillent, Mariah, on s’en doutera bien, fait tout son possible pour être absolument insupportable envers ses hôtes. C’est à cela que l’on reconnaît les grands personnages d’Anne Perry… immuables, ils répètent les mêmes gestes et les mêmes commentaires à l’infini.

Oui mais voilà. Un mélange de Lady Vespasia et de Charlotte Pitt fait son entrée dans la maisonnée en la personne de Maude, parente éloignée du nouvel époux de Caroline, apparemment trop encombrante pour sa famille proche. De retour d’Afrique et du Moyen-Orient, Maude a le caractère bien trempé des gens qui ont vécu et la peau basanée de ceux qui ont longuement baroudé dans des régions éloignées de la douce Angleterre. C’en est trop pour Mariah qui fait de son mieux pour exprimer sa désapprobation et parvient à se persuader que les questions qui pleuvent sur la nouvelle arrivée ne sont que la marque de la pitié que l’on peut ressentir pour quelqu’un qui a été banni par sa famille. Sans s’avouer une seule fois que personne non plus ne souhaitait sa présence à Noël.

Tout oppose les deux femmes, donc, et Mariah voit son séjour s’annoncer sous de bien mauvais auspices. Mais le deuxième jour, Maude est retrouvée morte dans son lit. Comment ? Une femme en si bonne santé et si dynamique ? C’en est trop pour Mariah qui décide de suite de mener l’enquête. Elle s’en va donc porter la mauvaise nouvelle à la famille de Maude, qu’elle soupçonne de l’avoir empoisonnée. En quelques jours, elle découvre des petits secrets de famille et se prend d’affection pour la disparue, changeant radicalement de caractère par la même occasion. Et voilà Mariah transformée en intrépide Lady Vespasia, pleine de compréhension et de gentillesse. Hautement improbable, bien sûr, mais que voulez-vous ? On peut supposer que la magie de Noël a une fois de plus opéré. (Je ne peux m’empêcher de me demander si Mariah sera donc plus sympathique dans les prochains épisodes de la série Thomas et Charlotte Pitt, passant d’une abominable Tatie Danielle à la Mamie parfaite !)

Pardonnons à Anne Perry l’histoire qui rame et tourne en rond, les personnages manichéens et les aberrations. C’est agréable, gentillet et le texte est suffisamment court pour que les longueurs ne gênent pas la berceuse.

Et n’oubliez pas l’avis de Clarabel:)

anne perry, la détective de noel, noel, roman victorien, époque victorienne, xixe, roman xixe, charlotte et thomas pitt



167 p 

Anne Perry, La Détective de Noël, 2007

04/01/2008

La magie de Noël

Après les péripéties dont je parlais jeudi soir, Mr Lou a eu la gentillesse de se dévouer pour sa damoiselle en détresse et de retourner à la poste réclamer une lettre farouchement gardée par le redoutable postier !

J’ai ainsi ouvert avec un énorme plaisir le paquet de Wictoria, une immense surprise qui me touche encore énormément ! 

b8093352ae6b3fea1912dcc0c0bb8d3b.jpg

Devant mes yeux ébahis se tenaient :

- Une carte ravissante et un petit mot rien que pour mouâ…

- Un thé « Secret tibétain », le very best of de Wictoria que je m’en vais déguster aujourd’hui… je peux déjà vous dire qu’il sent incroyablement bon et que je suis vraiment curieuse de le goûter car il est très différent des thés que j’ai à la maison.

- Un livre de Fred Vargas, L’homme aux cercles bleus… une excellente occasion de commencer l’année en préparant l’ambiance Lectures Noir C’est Noir !

- Un calendrier A-DO-RA-BLE (avec deux haikus de Wictoria) de l’assoc’ piquante. Allez voir le site, je raffole de ces dessins aux couleurs pastelles et les petites pensées qui les accompagnent.

Encore merci, merci et merci Wictoria !!!!!!

3dffed5af931d09d71ecbce1b50bb17d.jpg
3c9435f72bf0f9854e426ef9b1fb385d.jpg
51f192667242d17a7c9420a2d1670c61.jpg
384db8c0e21c9c996bfed0993dd7869b.jpg
 

PS : pour les curieux, j’ai ajouté à la colonne de gauche une rubrique « Thank U Santa » qui vous donnera une idée des livres trouvés sous le sapin et prochainement chroniqués ici.

PS2 : je suis un peu dépassée entre mes mails, mes notes en retard, mes réponses à tous vos commentaires et le tour de vos blogs… ne m’en voulez pas si je traîne un peu !

03/01/2008

Notes à venir...

Je suis très en retard dans mes notes... voilà les 4 chroniques qui vous attendent :

- Irène Némirovsky, Ida

- Selma Lagerlöf, Le Livre de Noël

- Anne Perry, La Détective de Noël

- Léa Silhol, La Sève et le Givre 

Je voulais aussi partager avec vous les romans qui m'attendaient sous le sapin à Noël... espérons ce week-end ! 

Des lendemains de Noël

d85330e76fed02d12a59f0d6f8bc9b49.jpgTout juste de retour de vacances, je découvre avec beaucoup de plaisir tous vos petits mots pour la nouvelle année. Merci à vous tous, ça me fait vraiment très plaisir de rentrer et de trouver autant de voeux et de commentaires qui m'attendent ! Après d'excellents moments passés en famille c'est à mon tour de vous souhaiter beaucoup de bonheur pour l'année à venir, fait de découvertes, de rencontres et de beaux projets !
 
A mon arrivée j'ai trouvé un paquet (ouvert ce soir car je suis rentrée tard hier!)... il s'agissait du swap SF... et ma swappeuse n'était autre que my dear Choupynette ! Merci merci merci !
 
Dans ce paquet solidement fermé (malgré toutes mes tentatives j'ai dû finalement arracher le joli papier pour réussir à découvrir les mille plaisirs de ce colis !) j'ai trouvé beaucoup de petits cadeaux !  
 
Choupynette avait donc trouvé pour moi quatre livres... merci encore car compte tenu de mon statut de novice en la matière, tu as dû te poser beaucoup de questions avant de faire ton choix !:). Les voilà : 
- Lovecraft, La Peur qui rôde
- Dansons autour du chaudron (un recueil de textes très variés allant de Roald Dahl à Marcel Aymé en passant par John Updike)
- Patricia McKillip, Le Cygne et l'Oiseau de Feu (un livre sorti pour l'occasion de la bibliothèque de Choupynette... le résumé est vraiment fait pour donner envie !)
- Guy Gavriel Kay, L'Arbre de l'Eté ("un des chefs de file de la fantasy moderne"... avec ça, si je ne fais pas de belles découvertes ;o)) 
Et maintenant quelques photos pour le plaisir des yeux (notamment pour voir les jolies créations de Choupynette dont je vous invite à aller voir le site Calipso).
74590032f9dc92dd21527e007f565f23.jpg
c1d106baff02a86f8198704d9e72fc9a.jpg
e3d90cb9bbaf169e1532698bb46e6796.jpg
aff4400a62bc9f797ca5fd8ac50fd8f3.jpg
c51d39e175aa4b068060e968be5057ac.jpg
c7f21f56d85e1690236fb3ca7fd79acd.jpg
315b44147269697156b6bdcf77212dbc.jpg
 
Que dire encore sinon MERCI ? Un peu d'art japonais pour la nouvelle amoureuse des lettres japonaises que je suis, de si jolis objets, de bonnes odeurs, des lectures captivantes en perspective... encore de gros bisous Choupynette !
 
... c'était encore sans compter sur la surprise qui m'attendait à la poste ! Enfin, la bonne surprise, car une autre moins agréable m'était réservée. J'avais reçu un avis du facteur m'annonçant deux lettres trop grosses pour ma toute petite boîte à lettres de vieil immeuble ; on m'a remis une enveloppe indiquant en gros "deux lettres" mais il n'y avait bien qu'une lettre et je dois retourner une nouvelle fois à la poste demain (encore avant d'aller travailler) pour vérifier que rien n'est stocké là-bas.
 
Bon mais revenons-en à nos moutons... "la lettre" qui m'attendait... il s'agissait en réalité d'un colis de Noël de ma vieille amie Hilde (vieille amie car nous nous connaissons depuis 13 ans si je ne me trompe pas). Là encore, mille mercis pour ce paquet qui me fait vraiment très plaisir !
 
Lui aussi sentait divinement bon (quel plaisir lorsque je l'ai entrouvert dans le métro après ma journée de travail !)... du thé, des marques-pages, des mots, des photos et trois livres :
- 5 o'clock tea : mium, delicious... 30 recettes pour accompagner en finesse le moment sacré du thé !
- Takashi Hiraide, Le Chat qui venait du ciel...
- Mary Elisabeth Braddon, Le Secret de Lady Audley : deux livres que je voulais lire depuis des mois, peut-être même plus ! 
 
Là encore j'ai pris des photos :
ENCORE UN GRAND GRAND GRAND MERCI A CHOUPYNETTE ET A HILDE GRACE A QUI L'ANNEE COMMENCE AVEC DE BIEN BELLES SURPRISES ! 
 
528ef9970abdfb3db44f0f41ecaca409.jpg
463321dd1b71a6502a2f20e3aaa8d64d.jpg
311be13b811a7fad8e7b6b4a863fe7dc.jpg